The Limited Times

Now you can see non-English news...

Cible de menaces, la DRH de «Charlie Hebdo» contrainte de fuir son domicile

2020-09-21T22:10:27.032Z

Ce lundi 14 septembre, en plein procès des attentats de janvier 2015, la DRH du journal satirique Marika Bret a dû quitter son domicile sur


« J'ai eu dix minutes pour faire mes affaires et quitter mon domicile. Dix minutes pour abandonner une partie de son existence, c'est un peu court, et c'est très violent ». La DRH de « Charlie Hebdo », Marika Bret, a révélé lundi soir au Point avoir été exfiltrée de son logement, ce lundi 14 septembre, en raison de menaces à son encontre.

Un départ forcé qui survient au cœur du procès des attentats de janvier 2015, qui s'est ouvert le 2 septembre devant une Cour d'assises spéciale. « Depuis le début du procès et avec la republication des caricatures, nous avons reçu toutes sortes d'horreurs, notamment des menaces de la part d'Al-Qaïda et des appels à finir le travail des frères Kouachi », affirme Marika Bret.

LIRE AUSSI > « Charlie Hebdo » : Charb raconté par celles qui l’ont aimé

Dans cet entretien, la directrice des ressources humaines du journal satirique confie avoir été alertée par les policiers chargés de sa protection, victimes de menaces « précises et circonstanciées. « Je perds mon domicile à cause des déferlements de haine, cette haine qui commence toujours par la menace pour instiller la peur, reprend-elle. « Cela traduit le niveau de tension inédit auquel nous sommes confrontés », constate encore Marika Bret, figure historique du journal.

Des reproches envers Jean-Luc Mélenchon

Dans cette interview au Point, elle accuse aussi Jean-Luc Mélenchon et un certain nombre de responsables politiques d'avoir « aliment (é) un climat de haine ». Cette prise de position rappelle celle tenue par d'autres représentants de « Charlie Hebdo » durant le procès, à l'instar du dessinateur Riss ou du journaliste Fabrice Nicolino.

Ce dernier a ainsi fustigé une certaine frange de la gauche assimilant selon lui Charlie à un journal raciste et islamophobe. « Les attentats de 2015 ont poussé sur un compost », a dénoncé ce militant historique d'extrême gauche. « Certes, je ne les accuse pas d'être les responsables directs de cette horreur, mais ils ont participé à sa préparation psychologique. Jamais, jamais, jamais on leur pardonnera », avait-il clamé le 9 septembre dernier.

This news is expired in our cache, please access its source.

Source: leparis

You may like

News/Politics 2020-09-23T05:04:54.564Z
News/Politics 2020-06-12T23:42:24.329Z
News/Politics 2020-08-29T07:07:13.681Z

Trends 24h

Latest

© Communities 2019 - Privacy