The Limited Times

Now you can see non-English news...

Attentats de janvier 2015 : remous autour de l’audition d’Anne Hidalgo

2020-09-16T10:55:49.868Z

L’audition de la maire de Paris lundi prochain, non prévue à l’origine dans la liste des témoins, a agité les débats à l’audience ce mercred


Son nom a été rajouté au programme. Non sans provoquer une polémique. Mardi soir, tous les acteurs du procès des attentats de janvier 2015 ont appris que l'audition de la maire de Paris, Anne Hidalgo, avait été programmée le lundi 21 septembre, le jour où la Cour d'assises spécialement composée doit aborder la sanglante prise d'otages de l'Hyper Cacher de la Porte de Vincennes (Paris 12e). L'annonce de ce témoignage, qui ne figurait pas dans le planning originel, a agité les débats à l'ouverture de l'audience ce mercredi matin.

« Je m'interroge sur ce témoignage… » lance Me Daphné Pugliesi, une des avocates de la défense sans cacher sa perplexité. « Récupération ! » maugréent plusieurs avocats sur le banc des parties civiles, qui se joignent aux réserves émises par la défense. Le président Régis De Jorna intervient et justifie l'ajout de ce témoignage au nom de son pouvoir discrétionnaire. « La demande m'a été faite par Me Patrick Klugman, l'avocat de SOS Racisme, à la demande du président de l'association Dominique Sopo, explique-t-il. J'ai demandé à Me Klugman d'envoyer un courrier pour savoir dans quels termes ce témoin entendait déposer. »

La défense entend mais ne compte pas en rester là. « La décision vous appartient », admet Me Pugliesi. « Mais à l'issue d'un débat, ajoute la pénaliste. Je suis simplement étonnée que cette question n'ait pas été débattue entre nous en amont de manière orale. » « Il est important que nous ayons connaissance de ce courrier », ajoute Me Caty Richard, une avocate des parties civiles. « Dans ces cas-là, pourquoi on n'entend pas aussi François Hollande qui a dit qu'il était inutile de mettre une voiture de police pour garder les locaux de Charlie Hebdo », surenchérit Me Isabelle Coutant-Peyre, l'avocate du principal accusé.

« Aucune volonté de récupération »

Contacté en marge du procès, Me Klugman justifie sa requête. « La demande émane de SOS Racisme, mais d'autres associations parties civiles estimaient que son témoignage pouvait être pertinent », avance l'avocat, par ailleurs ancien adjoint à la mairie de Paris. « Dans ce procès complexe, nous jugeons une séquence qui s'étale sur trois jours et nous cherchions un témoin qui puisse parler de toute cette séquence, poursuit-il. La maire de Paris nous semblait la mieux placée. Elle a vécu personnellement et politiquement ces faits au plus près, elle a accompagné les victimes, elle a dû dramatiquement changer sa façon d'appréhender la vie des Parisiens après 2015… Il n'y a aucune volonté de récupération là-dedans. La deuxième raison, c'est qu'elle souhaitait apporter son soutien aux victimes et aux parties civiles. »

Le débat devrait à nouveau animer la cour dans les prochains jours.

Source: leparis

You may like

Trends 24h

Latest

© Communities 2019 - Privacy