The Limited Times

Now you can see non-English news...

Des tests sérologiques validés pour un remboursement

2020-05-22T16:58:43.562Z

Vingt-trois tests recherchant les traces d’une infection par le Covid-19 sont jugés assez fiables.


Enfin, après des semaines d’attente, les médecins généralistes vont bientôt pouvoir prescrire des tests sérologiques à leurs patients. «L’arrêté de remboursement par la Sécurité sociale sera publié dans les prochains jours au Journal officiel par le ministère de la santé. Nous l’attendons à partir de ce samedi 23 mai», confie le Dr Cédric Carbonneil, immunologue et chef du service d’évaluation des actes professionnels à la Haute Autorité de santé (HAS). Rappelons que leur objectif n’est pas de détecter la présence du virus, contrairement au test virologique (dit PCR), mais de constater la présence d’anticorps. C’est-à-dire de vérifier que l’on a été en contact avec le virus.

À lire aussi : Des pays ont-ils déjà eu une deuxième vague de l’épidémie de Covid-19?

La réaction immunitaire prend du temps à se manifester, et les anticorps peuvent mettre plusieurs jours avant d’être détectables dans l’organisme. Ces tests n’ont donc pas vocation à établir un diagnostic immédiatement après l’infection. Ils doivent être réalisés à partir du quatorzième jour après les premiers symptômes pour les patients symptomatiques sans signe de gravité, et à partir du septième jour seulement pour les patients dans un état grave et hospitalisés. Le but est non pas de déterminer si un patient est bien malade du Covid-19, mais de savoir si une personne ayant présenté des symptômes a bien été infectée. De plus, la multiplication des analyses sérologiques permettra d’avoir une idée un peu plus précise de l’avancée de la maladie sur le territoire. «En dehors des études épidémiologiques, ils vont donc concerner des millions de personnes, notamment pour le diagnostic de rattrapage, explique le Dr Cédric Carbonneil. Ils permettront de dire si vous avez été en contact avec le virus, notamment pour les personnes qui ont eu des symptômes du Covid-19 depuis mars et qui n’ont pas pu bénéficier d’un test virologique.» Ils serviront également à affiner le diagnostic pour des patients qui présentent tous les signes cliniques de la maladie mais dont le test virologique aura été négatif. Sont aussi concernés par ces tests les personnels de santé non symptomatiques ayant côtoyé des malades dans des centres médicaux, mais également les salariés et des employés dans des Ehpad et dans des lieux confinés.

» EN DIRECT - Coronavirus: Madrid et Barcelone rouvriront terrasses, hôtels et musées lundi

En tout, ce sont vingt-trois tests qui ont été validés par le Centre national de référence et sont listés dans cette décision de remboursement. Sept d’entre eux sont des tests automatiques de type Elisa, dont un du français bioMérieux, un autre du suisse Roche et un troisième du groupe américain Abbott. Ils consistent à analyser un échantillon après une prise de sang. Les seize autres sont des tests dits de diagnostic rapide, c’est-à-dire qu’ils sont effectués au moyen de l’analyse d’une goutte de sang sur une bandelette ou par prise de sang dans un laboratoire d’analyses médicales. Si la HAS conseille le remboursement de tous ces tests, ce ne sera pas le cas pour les autotests effectués à domicile, sans intervention d’un professionnel de santé pour lire et interpréter le résultat. En revanche, les tests rapides d’orientation diagnostique qui seront effectués dans une officine de pharmacie ou chez son médecin généraliste sont a priori aussi fiables, et feront l’objet d’un arrêté spécifique du ministère de la Santé.

À noter que les Français n’ont pas attendu la décision de la HAS pour essayer de savoir s’ils ont bien été malades du Covid-19. Mais leur nombre exact est impossible à connaître. «C’est encore trop tôt pour savoir combien de personnes en ont bénéficié, c’est très variable selon les régions», explique François Blanchecotte, président du Syndicat des biologistes. Pour une trentaine d’euros en moyenne, les laboratoires de ville proposaient déjà ces tests depuis plusieurs semaines. «Les laboratoires qui avaient pris de l’avance vont devoir se mettre en ordre par rapport à cette liste, continue François Blanchecotte. S’ils ont effectué des analyses via d’autres types de tests, ils devront les refaire.»

Le remboursement pourrait être effectif dès lundi matin. «Cependant, la mise à jour de nos systèmes informatiques pourra prendre un peu plus de temps, prévient François Blanchecotte. Les remboursements ne seront sûrement pas automatiques au début et il faudra passer par le remplissage de feuilles de soins.»

This news is expired in our cache, please access its source.

Source: lefigaro

You may like

Life/Entertain 2019-10-24T08:01:57.938Z
Life/Entertain 2020-02-28T17:24:20.403Z
Life/Entertain 2020-01-02T09:23:14.960Z
News/Politics 2020-02-13T13:43:14.272Z

Trends 24h

Latest

© Communities 2019 - Privacy