The Limited Times

Now you can see non-English news...

France-Suède : Sissoko, Nzonzi... ces cinq Bleus-là ne doivent pas se rater

2020-11-17T05:50:40.961Z

Après le fiasco de mercredi dernier contre la Finlande (0-2), ils sont quelques-uns à devoir saisir d’urgence l’occasion de regagner des poi


Didier Deschamps aime rappeler qu'un match international n'est jamais anodin. Le sélectionneur tricolore n'a pas changé d'avis pour ce dernier rendez-vous de l'année face à la Suède dans un match que le succès contre le Portugal (1-0) a rendu sans enjeu sportif, mais pas sans intérêt. A sept mois de l'Euro, c'est pour certains une des dernières occasions d'imprimer quelques certitudes dans l'esprit du staff français. L'an prochain, il n'y aura qu'un seul rassemblement en mars avant la publication de la liste des joueurs retenus pour aller décrocher un troisième sacre européen. « En Bleu, tous les matchs sont bons à prendre, résume le capitaine Hugo Lloris. Si on a envie de s'installer dans la durée, il faut venir avec cet état d'esprit. » Face à la Suède, plusieurs joueurs devront donner corps à l'hypothèse que la prestation catastrophique contre la Finlande (0-2) n'était qu'un accident.

Clément Lenglet. L'année 2019 était celle de l'irrésistible ascension du défenseur de Barcelone. Propulsé à la place d'un Samuel Umtiti perturbé par les blessures, il avait signé sept titularisations de rang. Sa rigueur tactique, son appétence pour les duels et ses relances avaient convaincu le staff d'en faire le partenaire idéal de Raphaël Varane malgré une très grosse boulette en novembre face à la Moldavie (2-1). L'année 2020 marque un net infléchissement de sa cote. Dans la lignée de prestations moins aboutie en Catalogne, il a perdu du crédit en Bleu au profit de Presnel Kimpembe qui lui a été préféré lors des deux chocs face au Portugal. Si sa place dans les 23 n'est pas remise en cause, il va devoir se montrer convaincant pour déloger le champion du monde parisien.

Clément Lenglet lors de France-Finlande./LP / Frédéric Dugit  

Kurt Zouma. Appelé pour la première fois dès 2013, le défenseur de Chelsea fait figure d'anciens chez les Bleus dont il n'est pourtant qu'un invité épisodique. Zouma ne compte que six sélections et n'a connu aucune grande compétition. Toujours appelé en 2019, il semblait tenir la corde pour être la doublure de Raphaël Varane. Mais l'éclosion de Dayot Upamecano, convoqué pour la première fois en septembre puis en octobre, avant d'être laissé à la disposition des Espoirs en novembre (blessé, il a dû renoncer) constitue une menace qui n'a rien de fantôme après la délicate prestation face à la Finlande. Et derrière poussent encore les espoirs Jules Koundé (Séville) et Wesley Fofana (Leicester). Des talents qui doivent donner des raisons à Zouma de hisser son jeu en Bleu au niveau de celui observé depuis le début de la saison chez les Blues.

Steven Nzonzi. L'invité surprise du Mondial 2018 avait grandement participé à la conquête du titre, disputant cinq matchs en Russie dont une grosse demi-heure de la finale face à la Croatie (4-2). Ce statut ne l'avait pas empêché de s'éloigner des Bleus toute l'année 2019 avant de revenir en grâce depuis septembre où il a débuté quatre des sept matchs. Mais la nouvelle dimension d'Adrien Rabiot et surtout l'émergence d'Eduardo Camavinga rendent la position du milieu de bientôt 32 ans difficile à conserver. Encore plus au regard de sorties assez ternes sous le maillot tricolore. De quoi assombrir son avenir international.

Moussa Sissoko. Il est le joueur de champ présent depuis le plus longtemps en Bleu (2009) et un symbole du mandat de Didier Deschamps qui en avait fait un de ses cadres avant de décider, la mort dans l'âme, de ne pas le convoquer pour le Mondial 2018. Sa polyvalence et son état d'esprit ont longtemps été ses forces, mais son match sans idées face à la Finlande a mis en lumière que seul, il n'était pas en capacité d'assumer un rôle de cadre. Au milieu comme sur un côté, il souffre d'une concurrence jeune et talentueuse même si à 31 ans, il reste une valeur très sûre du Tottenham de José Mourinho. Il ne lui reste pas beaucoup d'occasions de convaincre Deschamps de ne pas le laisser regarder de nouveau le train lui filer sous le nez.

Marcus Thuram a été épatant face à la Finlande./LP / Frédéric Dugit  

Marcus Thuram. L'attaquant de Mönchengladbach aura au moins une troisième occasion de bousculer la hiérarchie. Contre la Finlande, il avait été épatant mais maladroit pour sa première. Puis trop discret dans une fin de match brûlante face au Portugal. En attaque, les places seront chères derrière Mbappé, Griezmann, Giroud, Coman et Martial. Absent face à la Suède pour cause de Covid-19, Ben Yedder a semble-t-il de l'avance et Thuram n'est pas à l'abri d'un retour de Dembélé ou d'un invité surprise. Avant lui, ils ont été des dizaines à ne connaître qu'une seule convocation internationale. A lui de donner envie de le revoir.

This news is expired in our cache, please access its source.

Source: leparis

You may like

Sports 2020-09-18T06:31:51.705Z

Trends 24h

Latest

© Communities 2019 - Privacy