The Limited Times

Now you can see non-English news...

Montmartre, Saint-Germain, les Tuileries… «Mon Paris à moi» par Gonzalo Quesada

2020-10-24T07:29:30.518Z

Revenu à la tête du Stade Français, l’Argentin de 46 ans nous parle de ses coups de cœur dans la capitale, avant le derby de ce samedi contr


Il a beau être né à Buenos Aires, se sentir plus que jamais Argentin, Gonzalo Quesada a Paris dans la peau. « J'en suis tombé amoureux », lâche l'entraîneur principal du Stade Français. Au point d'avoir toujours gardé un pied à terre dans la capitale, « un investissement à vie », depuis son départ du club pour coacher Biarritz en 2017. L'ancien demi d'ouverture international de 46 ans ne s'est pas non plus fait désirer quand la proposition du directeur général Thomas Lombard lui a été soumise de reprendre les rênes des Stadistes cet été. Même si la situation économique en Argentine et celle des Jaguares ( NDLR : franchise à laquelle il était lié jusqu'en 2021 pour le Super Rugby, compétition à l'arrêt en raison de la crise sanitaire ) ont aussi pesé dans sa réflexion.

Gonzalo Quesada, pacsé à Liga avec laquelle il réside dans le XVIe pour une question de proximité avec le stade Jean-Bouin, a accepté de parler de sa vie parisienne (bouleversée avec la mise en place du couvre-feu), de ses coups de cœur dans la « ville lumière ». Avant de recroiser, ce samedi (18 h 15) au stade Jean-Bouin, le Racing 92, récent finaliste malheureux de la Coupe d'Europe, qu'il a entraîné de 2011 à 2013, pour un derby attendu.

Au Volver, une table baptisée à son nom

Il a fait du Cardinal (XVIe) et de la Cantine du Troquet de Christian Etchebest (XVe) ses refuges culinaires, où il se sent « en famille. » « J'aime aller dans des endroits où on mange bien mais où tu n'as pas la sensation d'être considéré comme un client », précise l'ex-ouvreur des Pumas.

Au Volver, restaurant argentin au cœur du quartier Saint-Germain, il est également bien plus que l'entraîneur en chef du Stade Français. Celui-ci a noué une amitié de plus de dix ans avec le patron Carlos Muguruza, un compatriote. Une table de l'établissement a même été baptisée à son nom. « On s'est connus lors d'un match du PSG au Parc. Son resto est le QG des Sud-Américains, j'y ai discuté avec Cavani, côtoyé Lavezzi, devenu un ami. Carlos sait véhiculer l'esprit de notre culture, comme le sens du relationnel, la volonté de proposer des choses simples mais bien, sans vendre du rêve. »

Gonzalo Quesada au milieu de ses joueurs/ LP / Icon Sport/Anthony Dibon  

« En 2015, l'année où l'on a été champion de France avec le Stade (NDLR : déjà en tant qu'entraîneur, de 2013 à 2017, après avoir été joueur de 2004 à 2005), j'y ai passé du temps, ajoute-t-il. Je divorçais, et au lieu de rentrer chez moi, me faire à manger, je débarquais ici, habillé encore en survêt du club. Je m'installais à l'angle du bar, je commandais un Ojo de Bife (faux-filet) avec une bière, et je savais que l'ambiance allait me réconforter. C'est aussi un endroit qui me permet de prendre du recul après une journée dans un sport où il y a beaucoup de pression. »

Balade à vélo, la nuit en plein été

On connaît sa passion pour le polo, qu'il pratique assidûment à La Mariana de Dourdan, en Essonne, où il est licencié. Ou encore son goût pour le football. Il y a une dizaine d'années, l'ancien entraîneur adjoint du XV de France (2008-2011) se retrouvait chaque semaine au stade Jean-Bouin d'Issy-les-Moulineaux pour un match entre amis. Parmi eux : Alain Cayzac, Edouard de Pouzilhac et Christophe Chenut qui ont facilité ses premiers pas à Paris. « Alain était mon capitaine, il me faisait jouer milieu gauche parce que j'étais droitier, sourit-il. J'arrivais à débrancher un peu de mon travail grâce à ça. On terminait dans une pizzeria à côté du stade. Ça me manque! » Depuis longtemps, c'est aussi le biclou qu'il affectionne.

View this post on Instagram

A table ☝🏻

A post shared by Gonzalo Quesada (@gonzalo_quesada_) on Aug 2, 2018 at 12:19pm PDT

« Chaque été, je monte sur un Vélib' tard le soir après avoir dîné, et je parcours Paris de nuit : l'île Saint-Louis, un lieu magique, Notre-Dame, la Pyramide du Louvre, les Tuileries, la Concorde… Les rues sont vides, pas de bagnoles, ni de klaxons ou d'odeur de gazole, on a l'impression d'avoir les monuments, la ville illuminée rien que pour soi. Une vraie sensation de bien-être. Quand des amis viennent d'Argentine, je leur dis : Faites le circuit touristique classique si vous le souhaitez. Mais je leur propose cette aventure, et je suis assez convaincant en général. Je peux vous assurer que ceux qui sont en couple marquent beaucoup de points auprès de leur femme après avoir fait l'expérience (sourire). »

Montmartre, le quartier Saint-Germain à la folie

Le vainqueur du Challenge européen avec le Stade Français en 2017 s'identifie au vieux Paris. A ce quartier de Montmartre « qu'[il] aime vraiment. » « Il a son histoire avec Picasso (le peintre espagnol s'y est installé en 1900), sans parler de ses petites rues, du côté mystique qu'il dégage avec le Sacré-Cœur, poursuit-il. Je me souviens qu'on avait organisé une chasse au trésor par petits groupes pour sortir de la routine, avec le Stade Français. L'association d'indices nous permettait de découvrir le nom d'un bar, et de tous s'y retrouver, même s'il a fallu en appeler certains (rire). »

Newsletter - L'essentiel de l'actu

Chaque matin, l'actualité vue par Le Parisien

Je M'inscris

Votre adresse mail est collectée par Le Parisien pour vous permettre de recevoir nos actualités et offres commerciales. En savoir plus

« J'adore aussi le quartier de Saint-Germain-des-Prés, avec ces bons vivants qui profitent des terrasses, enchaîne-t-il. La nuit du titre en championnat avec le Stade en 2015, on a décidé d'aller Rue de la soif (croisement des rues Princesse et Guisarde) pour un dernier verre. On s'était presque tous retrouvés encore en chemise mais super fatigués. Il commençait à faire jour, et on partageait notre bonheur d'être champions de France. On disait qu'on s'aimait, qu'on avait vécu un truc inoubliable, un moment à part ! »

This news is expired in our cache, please access its source.

Source: leparis

You may like

News/Politics 2020-09-22T06:14:17.068Z
News/Politics 2020-06-06T04:40:20.429Z
News/Politics 2020-07-23T17:26:33.629Z

Trends 24h

Latest

© Communities 2019 - Privacy