The Limited Times

Now you can see non-English news...

Covid-19: «Nous reprenons le contrôle de l'épidémie», affirme Olivier Véran

2020-11-16T07:39:44.149Z

«Tout porte donc à croire que nous avons passé un pic épidémique», affirme le ministre de la Santé dans une interview à plusieurs journaux régionaux. Il met toutefois en garde les Français, affirmant qu'«il est trop tôt pour relâcher nos efforts».


«Le virus commence à moins circuler, grâce au confinement, comme au mois de mars», a déclaré Olivier Véran dimanche 15 novembre, dans un entretien au groupe Ebra qui rassemble neuf quotidiens régionaux dont L'Est républicain, Le Progrès, Dernières Nouvelles d'Alsace et Le Dauphiné libéré.

À lire aussi : Covid-19 : les quelques chiffres qui sont en baisse en France

Le ministre de la Santé s'est voulu optimiste en s'appuyant sur une baisse des marqueurs épidémiques : «Depuis dix jours consécutifs, le nombre de nouveaux diagnostics de Covid-19 diminue, le taux de positivité des tests et le taux d'incidence baissent. Tout porte donc à croire que nous avons passé un pic épidémique». «Nous reprenons le contrôle sur l'épidémie et c'est une bonne nouvelle», a-t-il ajouté, demandant toutefois aux Français de rester prudents.

«Mais nous n'avons pas encore vaincu le virus»

«Mais nous n'avons pas encore vaincu le virus. [...] Clairement, il est trop tôt pour crier victoire et relâcher nos efforts», a mis en garde Olivier Véran. Malgré une baisse du taux de fréquentation des services de réanimation avec seulement 270 entrées dimanche 15 novembre, selon Santé publique France, le nombre de cas continue d'augmenter avec près de deux millions de personnes testées positives au Covid-19 depuis le début de l'épidémie.

Une campagne de dépistage accrue qui fait ses preuves, pour le ministre de la Santé, notamment grâce à l'arrivée des tests antigéniques auxquels il «croit beaucoup» pour le «temps précieux» gagné pour détecter les personnes positives au Covid-19 et la possibilité d'augmenter la capacité de tests en France. «Un test antigénique positif assure le diagnostic. Un résultat négatif n'est lui pas fiable à 100%, et pourra être confirmé en laboratoire en cas de symptômes», a-t-il argumenté.

À lire aussi : Tests antigéniques : comment les médecins, les pharmaciens et les infirmiers s'organisent

Depuis quelques semaines, les laboratoires mènent une bataille sans répit pour développer un vaccin efficace contre le Covid-19. Après Pfizer et BioNTech qui ont présenté le 9 novembre dernier un vaccin efficace à 90%, les Russes ont aussi vanté quelques jours après l'efficacité de leur produit Spoutik V, efficace à 92%. Une «campagne de vaccination ne commencera que quand nous aurons toutes les garanties de vacciner en toute sécurité la population», a répondu le ministre de la Santé. «Si nous disposons de plusieurs vaccins, nous ferons le choix de ceux qui nous paraissent les plus sûrs et les plus efficaces d'ici le début de l'année prochaine, trois ou quatre laboratoires pourraient [...] demander une autorisation de mise sur le marché».

À lire aussi : Peut-on rendre le vaccin contre le Covid-19 obligatoire ?

Quant à la poursuite des restrictions sanitaires, Olivier Véran n'a pas exclu «un allègement de certaines mesures au 1er décembre, sans lever complètement le confinement», à condition de «rester sur cette trajectoire de diminution de l'épidémie et d'un strict respect du confinement».

This news is expired in our cache, please access its source.

Source: lefigaro

You may like

Life/Entertain 2020-07-22T14:05:16.438Z

Trends 24h

Latest

© Communities 2019 - Privacy