The Limited Times

Now you can see non-English news...

Couvre-feu : ce qu’il faut savoir si votre département est concerné à partir de ce soir

2020-10-24T12:09:41.960Z

Bars fermés, restaurants clos dès 21 heures, spectacles avancés et attestation de sortie dérogatoire nécessaire, voici ce qu’il faut retenir


Une mesure historique, face à une épidémie qui continue de s'étendre. 46 millions de Français seront concernés, dès ce samedi soir, par le couvre-feu.

LIRE AUSSI > Covid-19 : suivez notre direct

Les habitants de 38 nouveaux départements et de la Polynésie, ainsi que ceux dont faisaient déjà partie huit métropoles concernées depuis la semaine dernière (soit 54 départements en tout), seront contraints d'ici quelques heures de respecter cette nouvelle mesure sanitaire, destinée à endiguer un coronavirus vivant un regain certain.

Voici, pour les nouveaux concernés, ce qu'il faut savoir de ce dispositif décrété dans le cadre de l'état d'urgence, et qui a pris effet depuis vendredi à minuit.

Qu'est-ce qu'un couvre-feu ?

Cette mesure prend effet tous les jours de 21 heures à six heures du matin et vise à empêcher les rassemblements, sources, selon les autorités, de propagation du virus. Ainsi, seuls les déplacements autorisés, notamment professionnels ou d'urgence, peuvent s'effectuer pendant ces dix heures de couvre-feu, le reste de la population ayant l'obligation de rester chez elle. « On n'ira plus au restaurant, chez des amis, pour faire la fête […] après 21 heures », a résumé le chef de l'Etat, lors de son discours du 14 octobre.

Les bars ferment totalement leurs portes

Pour quatre semaines au moins, (six, si le parlement l'autorise), les débits de boissons des départements concernés doivent, depuis ce samedi, fermer leurs portes totalement et non uniquement après 21 heures. Sont concernés tous les établissements qui ne proposent pas de restauration.

Pour aider ces derniers, l'exécutif a décidé de prolonger jusqu'en décembre la prise en charge du chômage partiel à 100 % dans le secteur de l'hôtellerie-restauration, ainsi qu'une aide pouvant aller jusqu'à 10 000 euros en cas de baisse de plus de 50 % de leur chiffre d'affaires, pour les établissements ayant jusqu'à 50 salariés.

Des restaurants fermés à 21 heures

Les établissements proposant de la restauration sont, eux, autorisés à ouvrir leurs portes, mais, comme tous les supermarchés, doivent avoir été vidés de leurs clients à 21 heures tous les soirs. Certains tentent d'ailleurs, pour sauver au moins partiellement leur activité, de proposer à leurs clients de dîner plus tôt. Les restaurants restent aussi autorisés à effectuer de la livraison de repas à domicile, et ce même après 21 heures.

Ces derniers doivent par ailleurs calculer le temps de transport jusqu'à leur domicile, afin d'être rentrés chez eux à l'heure où démarre ce confinement nocturne. Tous ces restaurants doivent également respecter un protocole sanitaire strict (un mètre entre chaque chaise, pas de service au comptoir, table de six personnes maximum, port du masque sauf pendant la consommation…) qui peut faire l'objet de contrôles.

Newsletter - L'essentiel de l'actu

Chaque matin, l'actualité vue par Le Parisien

Je M'inscris

Votre adresse mail est collectée par Le Parisien pour vous permettre de recevoir nos actualités et offres commerciales. En savoir plus

Les employés de restauration sont, eux, autorisés à rentrer chez eux un peu plus tard, le temps de ranger et nettoyer les lieux, mais doivent faire remplir par leur employeur une attestation dérogatoire, à présenter en cas de contrôle.

Plus de spectacles ou de films après 21 heures

En dépit des requêtes du monde de la culture, qui exigeait des dérogations pour les spectacles et salles de cinéma, ce couvre-feu s'applique aussi pour eux. Plus de spectacle, ni de film, joué ou diffusé après 21 heures depuis ce samedi dans les 54 départements concernés. Comme pour les restaurants, ces salles doivent avoir été vidées de leurs clients à l'heure de ce confinement nocturne, mais les employés qui y travaillent peuvent disposer d'une dérogation.

LIRE AUSSI > « C’est tristounet » : comment le couvre-feu change vos soirées

Dans la région parisienne, de nombreux cinémas ont décidé d'avancer leurs projections, tout comme les salles de spectacle, notamment le week-end, afin de continuer à recevoir du public, tout en respectant le couvre-feu. Là aussi, un protocole sanitaire strict, déjà en place avant cette nouvelle mesure, s'applique : port du masque obligatoire et règle d'un siège sur deux pour les spectateurs.

Pas de soirée chez des proches

Fini, pour au moins quatre semaines, les dîners chez les amis ou la famille, passé 21 heures, puisque tout déplacement nocturne est désormais interdit. Certains ont trouvé la parade en mangeant particulièrement tôt, d'autres en restant dormir (ou faire la fête) sur place, afin de ne partir qu'après 6 heures du matin.

Le président Emmanuel Macron a par ailleurs déconseillé les réunions à plus de six personnes « à table ou dans la rue », en recommandant de « mettre au maximum le masque, y compris en famille ou entre amis », afin de préserver les personnes les plus vulnérables au virus.

Quelles dérogations à ce couvre-feu ?

Les personnes contraintes d'aller travailler le soir, ou celles pouvant prouver de nécessités impérieuses ou d'urgences (familiales, liées à la santé…), pourront sortir mais devront justifier de ce déplacement avec une attestation dérogatoire téléchargeable ici (il en existe une spécifique pour les travailleurs, à faire remplir par son employeur ).

LIRE AUSSI > Attestation couvre-feu : l’attestation de déplacement à télécharger

Au total, huit motifs de déplacement sont listés sur l'attestation proposée par le gouvernement (qui peut être directement téléchargée sur smartphone, ou remplie sur papier libre).

Motifs de déplacements autorisés

  • Les déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle ou le lieu d’enseignement et de formation.
  • Les déplacements pour des consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ou pour l’achat de produits de santé.
  • Les déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou précaires ou pour la garde d’enfants.
  • Les déplacements des personnes en situation de handicap et de leur accompagnant.
  • Les déplacements pour répondre à une convocation judiciaire ou administrative.
  • Les déplacements pour participer à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative.
  • Les déplacements liés à des transits pour des déplacements de longues distances.
  • Les déplacements brefs, dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile pour les besoins des animaux de compagnie.

Les personnes concernées pourront toujours utiliser les transports en commun pour se déplacer entre 21 heures et 6 heures. « Il n'y aura pas de restrictions des transports, c'est important car il doit y avoir des déplacements », a prévenu Emmanuel Macron, selon qui il « n'y aura pas une interdiction de circuler entre 21 heures et 6 heures du matin, mais une stricte limitation ».

Ce que vous risquez en cas de non-respect

Des contrôles seront menés, a prévenu le président le 14 octobre avec « des amendes comme il y en a déjà, de 135 euros ». Et de rappeler qu'en « cas de récidive, c'est 1500 euros ». En cas de double récidive, c'est-à-dire de trois infractions, la peine encourue passe à six mois de prison et 3750 euros d'amende.

Le ministre de l'Intérieur a annoncé que 12 000 policiers et gendarmes seront mobilisés chaque nuit pour effectuer des contrôles, en plus des effectifs habituels.

This news is expired in our cache, please access its source.

Source: leparis

You may like

News/Politics 2020-12-04T13:05:57.987Z
Sports 2020-09-18T06:31:51.705Z

Trends 24h

Life/Entertain 2020-12-05T14:03:51.428Z

Latest

© Communities 2019 - Privacy