The Limited Times

Now you can see non-English news...

Coronavirus: les hôteliers propriétaires souffrent beaucoup plus que les franchiseurs

2020-05-22T18:14:32.865Z

Même s’ils profitent des aides de l’État, ils font face à des coûts d’exploitation incompressibles.


Malgré le soutien du gouvernement, l’hôtellerie française vacille. Sous perfusion d’aides, l’industrie a eu massivement recours au chômage partiel et aux prêts garantis par l’État (PGE). Pour soutenir le tourisme, le gouvernement a décidé de prolonger certain dispositifs jusqu’à fin 2020 (chômage partiel), ou de les adapter (PGE, remises d’impôts locaux). Néanmoins, ces mesures vont finir par s’arrêter, et il faudra bien un jour rembourser l’argent emprunté…

À lire aussi : L’hôtellerie se remet en marche, pas à pas

Dans ce contexte inédit, les propriétaires de fonds de commerce (et murs) souffrent beaucoup plus que les franchiseurs et les sociétés d’exploitation (comme Accor), qui en général ont moins de charges et moins de dettes. «J’ai emprunté 22 millions d’euros sous forme de prêts garantis par l’État, raconte Jean-Bernard Falco, président de Paris Inn (25 hôtels en propriété murs et fonds et 5 en location, sous les enseignes Holiday Inn, Best Western et Maison Albar). Cette année, le chiffre d’affaires va chuter d’au moins 40 %. Comme presque

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment

Saisissez votre email

Déja abonné ? Connectez-vous

Source: lefigaro

You may like

News/Politics 2020-04-08T16:48:36.565Z

Trends 24h

Latest

© Communities 2019 - Privacy