The Limited Times

Now you can see non-English news...

Bertille Bayart: «Les exigences particulières de l’État vis-à-vis de Renault»

2020-05-22T18:29:05.581Z

DÉCRYPTAGE - Stratégie, écologie, emploi... L’exécutif fait l’inventaire des contreparties qu’il exige, notamment car il est actionnaire.


On mesure l’état d’avancement d’une négociation à la façon dont ses protagonistes en parlent publiquement. Ainsi, les dernières déclarations de Bruno Le Maire concernant Renault laissent-elles penser qu’entre l’État et le Losange, l’essentiel a déjà été discuté.

«Flins ne doit pas fermer», a martelé le ministre de l’Économie sur Europe 1 vendredi matin. Cette affirmation ne sera pas démentie. Selon les modalités du plan massif d’économies que Renault doit dévoiler la semaine prochaine, l’usine de Flins, dans les Yvelines, cessera de produire des voitures mais son activité devrait être reconvertie, à l’intérieur du périmètre du groupe. La reconfiguration de l’outil industriel du Losange se fait ainsi à un moindre coût social, et symbolique. Flins, contrairement à trois autres sites plus petits (Choisy-le-Roi, Dieppe et Caudan) ne fermera pas.

À lire aussi : «Sauver vraiment Renault»

Bruno Le Maire dit aussi attendre du constructeur qu’il s’engage dans l’Alliance sur les batteries électriques. Idem: cette exigence est publiquement

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment

Saisissez votre email

Déja abonné ? Connectez-vous

This news is expired in our cache, please access its source.

Source: lefigaro

You may like

News/Politics 2020-07-20T15:44:11.906Z
News/Politics 2020-07-23T17:26:33.629Z

Trends 24h

Business 2020-08-05T16:49:17.779Z

Latest

© Communities 2019 - Privacy